Vous n’arrivez pas à perdre du poids ? Voici les 5 acteurs internes qui régulent votre métabolisme

vous-narrivez-pas-a-perdre-du-poids-voici-les-5-acteurs-internes-qui-regulent-votre-metabolisme

Il est temps d’être un peu plus précis sur ce qui se passe vraiment quand vous avez un métabolisme lent. Ce n’est pas juste un concept théorique, mais cela se reflète dans le fonctionnement de votre organisme. Voici les cinq acteurs majeurs qui affectent la manière de stocker, de brûler les graisses et de perdre du poids.

1. Votre foie

Si vous étiez une voiture, votre foie serait comme le moteur. Il est vital et essentiel pour vous garder en bon état. Plus de 600 fonctions métaboliques connues se produisent par le foie et pratiquement tous les nutriments, chaque hormone, tous les produits chimiques doivent être synthétisés par le foie. Il crée la bile, cette enzyme puissante qui décompose les graisses, les nitrites et les nitrates contenues dans votre alimentation. Les hormones sont sécrétées par les glandes, mais c’est votre foie qui les traite et les rend biologiquement actives afin qu’elles puissent faire leur travail.

Votre foie influence votre équilibre électrolytique et filtre le sang qui passe à travers le tube digestif, convertit les vitamines B en coenzymes et métabolise les nutriments, comme les protéines, les graisses et les hydrates de carbone. Il fabrique également la carnitine, qui escorte la graisse vers les mitochondries contenues dans vos cellules et qui influencent 90% de votre énergie métabolique. Plus votre foie produit la carnitine, mieux votre métabolisme est.

La nourriture que vous mangez doit nourrir votre foie, plutôt que de le fatiguer. Si vous ne nourrissez pas votre foie de façon appropriée, tout votre système sera perturbé, parce que le foie est si étroitement lié au métabolisme qu’il est l’un des organes les plus cruciaux à choyer avec votre régime alimentaire.

2. Vos glandes surrénales

Vos glandes surrénales sont de petites glandes qui se trouvent sur le dessus de vos reins et sécrètent des hormones qui régulent la réponse de votre corps au stress. Vos glandes surrénales sont responsables des hormones qui permettent à votre corps de s’adapter à toute situation. Ces hormones déterminent la façon dont vous accédez à votre carburant interne et ce que vous en faites, tel que le stocker sous forme de graisse ou le brûler comme énergie.

Certaines des hormones spécifiques que les glandes surrénales libèrent sont le cortisol, l’épinéphrine et l’adrénaline. Celles-ci sont secrétées en réponse au stress, ce qui pourrait être aussi important qu’un accident de voiture ou aussi mineur que sauter un repas. Elles répondent au stress aigu d’une catastrophe ou au stress chronique d’une mauvaise relation, d’un environnement de travail désagréable ou d’une situation familiale difficile.

La sécrétion de ces hormones de stress régule la libération de glucose ou de sucre dans les cellules musculaires et du foie, stimulant ou ralentissant le taux métabolique de votre corps. Cela signifie que ce processus est dépendant de la nourriture que vous mangez. L’épuisement des glandes surrénales est un problème de plus en plus fréquent, causé par le stress à long terme et probablement aussi par la faible qualité des aliments et l’augmentation des produits chimiques environnementaux.

3. Votre thyroïde

La thyroïde est une superstar métabolique. Une glande en forme de papillon située au centre de la gorge. L’hypophyse est comme le thermostat et l’hypothalamus est comme le gars qui contrôle le thermostat, mais la thyroïde est le four et les hormones qu’elle produit, les T3 et T4, sont la chaleur. Quand il fait trop chaud, le thermostat doit être tourné vers le bas et quand il fait trop froid, le thermostat doit être tourné vers le haut. Si l’un de ces trois mécanismes ne fonctionne pas bien, alors la température du corps – un reflet direct du métabolisme, la vitesse à laquelle le corps brûle l’énergie – sera déréglée.





La thyroïde effectue cette tâche par l’intermédiaire de nombreuses fonctions corporelles, y compris l’extraction de l’iode de la nourriture pour produire des T3 et T4. Les T3 et T4 circulent dans le sang et influent sur le métabolisme grâce à la conversion de l’oxygène et de calories en énergie. La T3, en particulier, est le super-héros d’un métabolisme rapide, elle est quatre fois plus active.

Mais la thyroïde possède un super-régulateur appelé T3 inverse (RT3), qui est un peu comme une hormone thyroïdienne difforme qui n’est pas très efficace pour stimuler le métabolisme et qui, en fait, bloque le fonctionnement normal de la T3. Sa fonction est d’envoyer un signal d’alerte dans des situations de stress chronique, de maladies ou de privation de nourriture – contraignant les hormones T3 à ne pas faire leur travail – qui déclenche le stockage des réserves de gras, afin que vous ne mourriez pas de ce qui doit sûrement être une famine catastrophique. Le résultat est que votre corps arrête de brûler et commence à stocker.

4. Votre hypophyse

L’hypophyse est le chef d’orchestre. Elle sécrète des hormones qui régulent ou réalisent les actions de nombreuses autres hormones. Par exemple, l’hypophyse aide la thyroïde à sécréter les hormones TSH. Si le niveau de TSH est élevé, cela signifie que la thyroïde exige beaucoup de motivation pour faire son travail (hypothyroïdie).

Si la TSH est normale, l’hypophyse indique qu’il n’y a aucune inquiétude : continuez votre bon travail. Si la TSH est très faible, alors la glande thyroïde est hyperactive (hyperthyroïdie) et l’hypophyse ne fait que chuchoter. Dans un autre contexte, si la thyroïde produit beaucoup de RT3, l’hypophyse peut percevoir cela comme beaucoup d’hormones thyroïdiennes et ne fera que chuchoter, alors qu’elle devrait hurler. Pour cette raison, un test de la thyroïde normal n’est pas nécessairement représentatif de la fonction optimale de la thyroïde.

5. Votre substance

Le joueur final qui influe directement sur le métabolisme est votre substance, qui est composée de la graisse et des muscles de votre corps. Le corps stocke la majorité de votre réserve de carburant dans les muscles ou dans la graisse. Étant donné que les muscles sont constamment sollicités, ils consomment beaucoup de carburant.

Il existe deux types de graisse : la graisse blanche et la graisse brune. La graisse brune est de couleur brune, car elle est riche en mitochondries qui brûlent le carburant et produisent de l’énergie. Les personnes obèses ont moins de graisse brune que de graisse blanche. La graisse blanche est la réserve de graisse à long terme et votre corps adore faire un effort herculéen pour en garder. Elle est logée sous la peau et autour de vos organes et sert à maintenir la température corporelle, à protéger les organes et à constituer des réserves d’énergie pour les besoins futurs. La graisse blanche sécrète aussi et régule la production d’hormones, qui communiquent directement avec les glandes surrénales, l’hypophyse et l’hypothalamus. Lorsque votre métabolisme ralentit, votre corps se met en mode superproduction de graisse blanche.

La graisse brune est la graisse thermogénique ou le four à gras. Elle contribue, en fait, à stimuler le métabolisme en chauffant le corps, ce qui augmente le débit sanguin et rend plus facile la « livraison » des nutriments vers la graisse blanche. La graisse brune aide à réguler votre taux de cholestérol et de triglycérides, le transport de déchets vers les intestins, elle synthétise des protéines et métabolise les acides gras utilisés pour l’énergie. La graisse brune métabolise et stocke également les hydrates de carbone sous forme de glucose pour vos globules rouges et votre cerveau.

Ces cinq principaux acteurs sont les clés pour sculpter votre corps de la façon dont vous voulez. L’entretien de votre foie, l’apaisement de vos glandes surrénales, la maximisation de la fonction de l’hypophyse et de la thyroïde et le peaufinage de votre graisse constituent l’essentiel d’une alimentation équilibrée.

Lire la suite de l'article