Quantcast

Les gens qui font leur lit le matin sont plus heureux et plus productifs

Par paresse ou manque de temps, peu de personnes font leur lit le matin. En effet, selon un sondage réalisé auprès de 68.000 personnes, 59% ne font pas leur lit contre 27% qui le font. Les 14% restants payent quelqu’un pour le faire à leur place.

Si vous faites partie de ceux dont c’est le dernier des soucis, vous pourriez bien changer d’avis après lecture de cet article. Voici pourquoi vous devriez envisager d’en faire une habitude.

Non, faire votre lit le matin n’est pas mission impossible
Soyons réalistes, le plus difficile est de sortir de son lit. Le faire ne prend que quelques petites minutes. Le temps que vous passez à faire votre lit peut être optimisé en réfléchissant à votre liste de courses ou à planifier votre journée de travail. Vous pouvez aussi gagner du temps en retrouvant la paire de chaussettes que vous cherchiez la veille…

Faire son lit donne le sentiment de démarrer du bon pied
Dans son discours à l’Université du Texas, l’amiral William McRaven, Commandant à la marine nationale, déclare : « Si vous faites votre lit chaque matin, vous accomplissez la première tâche de la journée.

Cela vous donnera un petit sentiment de fierté et vous encouragera à effectuer une autre tâche puis une autre et encore une autre. À la fin de la journée, vous aurez fait de nombreuses choses. Faire votre lit renforcera également l’idée que les petites choses de la vie importent aussi. »

Faire votre lit rend votre chambre plus agréable
Il est une évidence : votre chambre est votre sanctuaire, et vous en faites ce que bon vous semble. Il a cependant été prouvé qu’un espace désencombré réduit le stress. Plusieurs ouvrages récents traitent d’ailleurs du désordre et des méthodes de désencombrement, comme celui de Marie Kondo, La magie du rangement. Dans ce livre, l’auteure associe l’encombrement à des niveaux de stress très élevés.

Comme elle, Andrew Mellen, un spécialiste en la matière,  a déclaré au Huffington Post que l’encombrement physique est souvent une représentation du désordre émotionnel.
Faire votre lit ne fait pas que rendre votre chambre plus accueillante. Cette habitude aide à désencombrer votre espace… autant que votre esprit.



« L’état de votre lit est l’état de votre tête. »
Gretchen Rubin, auteure à succès sur le bonheur, a souligné ce point dans le New York Times. Selon elle, votre lit peut affecter votre psyché. Elle déclare : « Votre lit vous symbolise. Le fait d’avoir un lit ordonné rend la vie plus facile ».

Faire son lit augmente la productivité et le bonheur
Selon le même sondage effectué auprès de 68 000 personnes, 71% des personnes qui font leur lit se disent heureuses, tandis que 62% de celles qui ne le font pas se considèrent malheureuses.

Les personnes appartenant au premier groupe sont également plus susceptibles de profiter de leur travail. Elles font régulièrement du sport et dorment mieux, par rapport aux personnes du deuxième groupe, qui détestent leur emploi, évitent la salle de sport et sont généralement fatigués.

Une enquête menée par la Sleep Foundation a démontré que les gens qui font leur lit chaque jour sont plus susceptibles de passer de bonnes nuits.
Par ailleurs, selon La force de l’habitude, livre du lauréat du prix Pulitzer, le journaliste du New York Times Charles Duhigg, faire son lit peut accroître la productivité et créer des compétences plus solides.

En outre, selon les recherches de Gretchen Rubin, faire son lit est l’habitude la plus fréquemment évoquée dans la quête du bonheur. « C’est une chose assez triviale, mais les personnes qui la font disent que le fait de contrôler cette action simple leur donne le sentiment de contrôler davantage leur vie ».

Faire votre lit vous donne la force de réaliser ce que vous n’aimez pas faire
Gretchen Rubin ajoute : « Faire votre lit alors que vous n’avez aucune envie de le faire, vous prépare mentalement à prendre l’habitude de réaliser des tâches que vous n’aimez pas mais que vous devez quand même accomplir, comme avoir une conversation désagréable avec un ami ou travailler sur un projet ennuyeux au bureau ».

Faire son lit est une passerelle vers d’autres bonnes habitudes
Dans son livre, Duhigg décrit l’habitude de faire son lit comme une clef de voûte pour d’autres bonnes habitudes. Celles-ci, lorsqu’elles deviennent des routines, donnent envie de faire plusieurs autres choses comme cuisiner ou aller à la gym.

La recherche a montré que lorsque nous effectuons de petits changements dans notre vie, l’amélioration peut s’étendre à d’autres habitudes. Mais selon Gretchen Rubin, cette qualité contagieuse n’opère que si vous aimez le faire, votre lit !

Lire la suite de l'article