Quantcast

Pourquoi l’amour ne dépend pas du fait de trouver la bonne personne

Toute ma vie, personne ne m’a dit ce qu’était vraiment l’amour. Personne ne m’a jamais enseigné ce qu’une relation est censée être. J’avais seulement deux modèles. Récit d’un témoignage

Le premier modèle est mes parents, qui ont passé la plupart de leur temps à se quereller ou au mieux à se tolérer l’un l’autre. L’autre c’est la culture populaire, dans laquelle une relation est dépeinte comme le plus grand bien entre deux personnes, la meilleure histoire de bonheur.

A travers ces deux modèles, il y a toujours un abîme que seul l’amour peut supposément remplir et il est censé apparaitre comme sur un coup de baguette magique pour combler le vide. Cela fonctionne peut être ainsi pour certaines personnes, mais certainement pas pour moi.

Après le choc d’une autre relation qui a échoué, j’ai décidé de chercher l’amour. Pas pour trouver une personne : j’avais suffisamment cherché pour arriver à la conclusion que le problème n’était pas les autres personnes, c’était moi. Il résidait en ma capacité à accepter l’amour. J’ai aussi appris que tous les problèmes dans les relations sont historiques. Ils sont liés à l’un ou, le plus souvent, aux deux partenaires à la fois, qui apportent les blessures du passé dans leur relation présente.



Tel peut être le cas d’un partenaire qui a été abandonné par sa mère en tant qu’enfant et qui s’accroche ensuite à sa petite amie, avec le besoin d’être constamment rassuré qu’elle ne le laissera pas, renforçant ainsi sa crainte qu’il n’est pas digne d’être aimé. Ou encore celui de cet homme qui s’est senti si excessivement contrôlé, qu’il craint que sa petite amie l’étouffe pareillement en étant trop proche.

En d’autres termes, il y a tant de craintes et de complexités que nous projetons en l’autre dès que l’amour commence à prendre racine, que cela détermine le type d’attachement. Il se trouve que l’amour n’est plus à apprendre, mais c’est un sentiment que nous avons déjà et, peut-être ironiquement, que nous avons besoin de désapprendre pour le revivre innocemment, comme un enfant.

En fin de compte, contrairement à ce que beaucoup de gens passent leur vie à croire, l’amour ne consiste pas à trouver la bonne personne. L’amour c’est de devenir la bonne personne.

Lire la suite de l'article