Quantcast

Pourquoi j’ai changé d’avis sur les selfies

Les selfies ont une mauvaise réputation. Certains perçoivent les preneurs de selfies comme étant stupides, frivoles, narcissiques et comme ayant beaucoup trop de temps.

Pendant des années, je prenais et postais des photos de la nourriture que je cuisinais, de mon appartement, de mes voyages et de mes amis – mais je refusais de poster des selfies. Je prenais quand même occasionnellement des selfies, mais je ne les postais pas sur les médias sociaux, parce que je me considère comme une femme sérieuse, intelligente, chic, et les selfies n’étaient pas de mon niveau.

En réalité, c’était l’un des principes que je m’étais imposé. Je croyais que pour être sérieuse et être perçue comme telle, je devais utiliser mon temps et mon énergie de manière pratique et «significative». Mais ces règles auto-imposées limitaient ma liberté d’expression. Je vivais trop de restrictions, leur permettant parfois de dicter les mots et les émotions que je partageais avec les autres, ma vulnérabilité et même mes choix de carrière.

Même si ces choix étaient ostensiblement destinés à améliorer ma vie en renforçant mon image personnelle, ils ne m’aidaient pas à me sentir joyeuse et expressive. Je me mettais la pression pour paraître forte dans tous les domaines de ma vie, même si j’étais vulnérable intérieurement, et quand les autres me félicitaient pour cette attitude, je me sentais mal à l’aise et comme prise dans un étau. La raison de ce comportement est que j’ai été forgée à cela depuis l’enfance et en grandissant, j’ai senti la pression de cette responsabilité et des normes incroyablement élevées à respecter.



Toutes ces pensées et croyances m’ont conduite, parfois inconsciemment, à projeter un air de fierté, même si je n’étais pas à l’aise dans ma peau. Alors, quand j’ai pris mes premiers selfies privés, je me suis sentie si heureuse de retrouver une certaine liberté d’agir, de sorte que je ne manquais aucune occasion d’en refaire chaque fois que j’avais une minute à moi. Je me suis alors mise à m’interroger pourquoi j’avais si peur de les partager et si cela ne dénaturerait pas le point d’honneur mis à la publication de mon art culinaire, ma décoration d’intérieur et mes voyages.

La culture du selfie peut être préjudiciable à plusieurs égards. Elle peut occasionner, entre autres, des troubles physiques et émotionnels. Elle peut néanmoins ouvrir à un autre système de valeurs, comme partager des moments agréables d’appréciation de soi et de son environnement de manière saine. C’est pourquoi il n’est aucunement constructif de s’autodénigrer ainsi que les personnes qui postent des selfies, même si c’est vrai qu’en envoyer chaque heure peut paraitre un peu trop.

Desserrez les rênes sur vous-même et ayez du plaisir, que ce soit en prenant un selfie ou en faisant toute autre activité. Ne vous inquiétez ni d’avoir l’air stupide ni de faire des erreurs. Rappelez-vous simplement que derrière cette image il y a un être humain réel avec des imperfections et des vulnérabilités qu’il partage avec le monde entier.

Lire la suite de l'article