Quantcast

Comment votre ego vous fait souffrir

L’ego est la source de beaucoup de souffrances sociales. Il intervient dans toute interaction et est exprimé de diverses manières, plus ou moins subtiles. Être en mesure de contrôler votre ego vous ouvre les portes de la sagesse humaine et est le gage d’une meilleure gestion de vos relations.

Qu’est-ce que l’ego ?

L’ego est une représentation de votre personnalité, qui peut être positive ou négative ; à ne pas confondre avec la conscience. C’est cette partie de vous où sont ancrés vos croyances personnelles, sentiments, pensées, souvenirs et qui définit vos émotions, votre aptitude à raisonner ; vos réactions en général. Il est couramment décrit, de façon péjorative, comme « la nature méchante » de votre personnalité. Mais, l’ego peut également être ouvert, humble et bienveillant.

Quel est le rôle de l’ego ?

L’ego est nécessaire pour de nombreuses raisons. Il permet de maintenir une position transcendantale entre votre Être intérieur, votre estime de soi et vos capacités à vous épanouir. Le rôle de l’ego est mieux perçu en distinguant l’ego rationnel, l’ego émotionnel et l’ego instinctif.

L’ego rationnel cherche à comprendre le fonctionnement du monde qui l’entoure et accumule les informations pour œuvrer de façon objective à son épanouissement. L’ego instinctif a plutôt tendance à rechercher le pouvoir, à avoir un contrôle sur le monde. Quant à l’ego émotionnel, il s’intéresse aux sentiments des autres et valorise les rapports humains.

Comment l’ego fait-il souffrir ?

Chaque ego peut être orienté vers l’intérieur, vers l’extérieur ou vers la recherche d’un équilibre. La notion de souffrance devient donc plus ou moins relative, en fonction de l’intensité perçue.

• L’Ego rationnel

Orienté vers l’extérieur, cette personnalité s’intéresse à la compréhension du monde, prend des décisions objectives et fait des choix raisonnés.

Orienté vers l’intérieur, il se concentre sur les stratégies pour bâtir une vie plus épanouissante.

Orienté vers l’équilibre, il peut être dubitatif dans ses raisonnements et ses plans.

L’ego rationnel est plutôt cartésien. Il a le sens pratique et, de ce fait, peut être un collaborateur motivant ou une personne qui tire sur tout ce qui bouge par des critiques systématiques. Ainsi, autant elle suscite un sentiment de culpabilité chez les autres, elle se jette elle-même la pierre.

• L’Ego instinctif

Orienté vers l’extérieur, sa personnalité recherche une mainmise sur son entourage.

Orienté vers l’intérieur, ses actions se portent sur lui-même.



Orienté vers l’équilibre, il est moins spontané.

L’égo instinctif est plutôt créatif. Il fait donc preuve d’une activité cérébrale très dynamique et est doté d’une forte imagination. Autant, il a tendance à pousser vers l’ouverture et à la sociabilité, il peut plonger dans un état de solitude, voire de dépression profonde.

• L’Ego émotionnel

Orienté vers l’extérieur, l’égo émotionnel fait preuve d’une grande empathie et est aux petits soins des autres.

Orienté vers l’intérieur, il privilégie ses émotions et préfère être naturel.

Orienté vers l’équilibre, son attitude est influencée par des émotions mitigées.

L’ego émotionnel se préoccupe de sa relation aux autres et vit pleinement le moment présent. Il est, de ce fait, particulièrement sensible aux réactions des autres à son égard. A force de vouloir donner trop d’attachement, l’ego émotionnel peut sombrer dans une dépendance affective.

Comment améliorer son ego ?

Selon un penseur «Un fort ego n’est pas problématique, jusqu’à ce qu’il exécute ses priorités à ses détriments et des autres».

Un ego sain a une grande confiance en soi, est extraverti, fonctionnel et équilibré. Il se soucie sainement des autres, de son amour propre et a un impact positif sur son entourage. Il peut aussi être introverti, créatif ou vulnérable et faire preuve d’un fort tempérament, mais il n’est ni imbu de sa personnalité ni insensible aux besoins des gens autour de lui.

Voici quelques questions à vous poser pour évaluer votre ego.

• Est-ce que je fais une scène pour les plus petits faits qui ne vont pas dans le sens que je veux ?

• Suis-je si imbu de ma personnalité qu’il m’est difficile d’avoir de l’empathie pour les autres ?

• Suis-je égocentrique ou narcissique ?

• M’est-il difficile de changer et améliorer mon ego ?

• Suis-je toujours énervé ou contrarié dans ma vie quotidienne ?

• Suis-je si égocentrique que je mets toujours en avant ?

• Mon image perçue est-elle ma priorité ?

• Suis-je rancunier et généralement irrespectueux envers les autres ?

• Ai-je tendance à condamner sans cesse les autres pour mieux me sentir ?

• Mon état d’esprit apporte-t-il un dysfonctionnement émotionnel à ma vie ?

• Ai-je tendance à faire face aux menaces extérieures avec des ragots et des mensonges ?

• Suis-je fortement contrarié, quand je sens que mon ego est blessé ?

Répondre Oui à l’une de ces questions indique potentiellement un ego démesuré. Il serait donc bon d’en prendre conscience et de poser les actions idoines pour l’équilibrer.

Lire la suite de l'article