Quantcast

9 Façons de ralentir le vieillissement grâce à vos choix alimentaires

Envie de mener une vie longue et heureuse ? Eh bien, voici la bonne nouvelle : il y a beaucoup de choix simples que vous pouvez faire pour favoriser la longévité.

Les chercheurs commencent à comprendre le processus de vieillissement et font de passionnantes découvertes concernant les télomères. Ces structures sont de courtes séquences répétitives d’ADN qui coiffent les extrémités des chromosomes pour protéger le séquençage de l’ADN chromosomique lors de la division cellulaire.
Au fil de l’âge, les télomères deviennent plus courts, au point que la division cellulaire cesse et l’apoptose – ou la mort cellulaire – se produit. En d’autres termes, la « longueur télomérique » est un prédicteur du vieillissement cellulaire.

Il y a aussi une prépondérance de données qui montrent que l’enzyme télomérique, appelée télomérase (qui restaure la longueur des marqueurs de vieillissement dans les cellules immatures seulement) est activée dans les cellules cancéreuses, ce qui les rend immortelles.

Les scientifiques estiment, par ailleurs, qu’il y aura environ 71 millions de baby-boomers aux États-Unis en 2030. Donc, il est possible d’avoir une vie longue et saine, grâce à une alimentation écogénétique. Voici neuf habitudes alimentaires pour prévenir le vieillissement prématuré.

1. Intégrer le soja à votre alimentation

Le soja est l’un des aliments anti-âge les plus vantés et il est démontré que cette plante lutte contre l’inflammation et promeut les hormones sexuelles saines. Il est recommandé aux hommes et aux femmes de l’inclure dans leur alimentation. Plusieurs variétés de mets sont issues du soja, comme le miso, le tofu et le tempeh.

2. Ajouter l’huile d’olive à vos repas de façon généreuse

De nombreuses études montrent que l’huile d’olive a un énorme impact sur le maintien de la bonne santé. Aliment de base pour un régime méditerranéen, l’huile d’olive a des vertus protectrices contre les maladies telles que le cancer.

L’huile d’olive diminue le développement des gènes pro-inflammatoires chez les humains, ce qui explique en partie pourquoi il y a un risque réduit de maladies cardiovasculaires, de démence et de cancer chez les personnes vivant dans les pays méditerranéens, où l’huile d’olive est la principale source de graisses alimentaires.

Remarques : La chaleur modifie les composés bénéfiques de l’huile d’olive. Il est donc préférable de l’utiliser nature sur les salades ou les trempettes.

3. Mettre de l’huile de thym dans votre garde-manger

L’huile de thym est également une excellente source nutritionnelle de longévité. Une étude japonaise menée en 2010 a montré que le carvacrol contenu dans l’huile de thym est un puissant inhibiteur de la COX-2, une enzyme qui agit contre l’inflammation et le vieillissement.

4. Vous procurer de l’encens ou du boswellia

Le boswellia – une herbe ayurvédique aux propriétés anti-inflammatoires – est indispensable à tout traitement antivieillissement. Deux grandes études indépendantes ont montré que cette herbe améliore la fonction articulaire et soulage la douleur et la raideur dans l’arthrose du genou.

Le boswellia est connu pour traiter les symptômes de l’asthme – par l’amélioration de la fonction pulmonaire – et les inflammations intestinales. Il est conseillé comme aliment clé aux personnes souffrant de vieillissement prématuré.



5. Le pollen d’abeille, la gelée royale et la propolis contiennent les meilleurs nutriments antivieillissement

Vous voulez étudier l’un des champs de longévité de la nature ? Regardez la reine des abeilles. Elle vit 40 fois plus longtemps que les autres abeilles de la ruche, pourtant elle est génétiquement identique. La seule différence est que la reine seule mange la gelée royale, qui est utilisée pour nourrir les larves. Les scientifiques ont constaté que les micronutriments contenus dans la gelée royale favorisaient l’activation des gènes associés à la longévité.

6. Soutenir vos mitochondries avec les bons nutriments

La mitochondrie est une hormone trouvée dans les cellules qui servent de « locomotive » pour la production de l’énergie (ATP) permettant aux organes de travailler. Mais, comme les mitochondries produisent l’ATP, elles génèrent également des oxydants, qui exposent les mitochondries aux dommages des radicaux libres dans le temps.
Une étude menée sur des animaux a mis en évidence le déclin de la fonction mitochondriale chez les rats âgés. Les chercheurs ont constaté que la supplémentation des rats en acétyl-L-carnitine (ALCAR – un micronutriment connu) a contribué à diminuer les altérations mitochondriales.

Bien que l’ALCAR améliore le fonctionnement mitochondrial, il ne diminue pas la production d’oxydant dans ces cellules. En ajoutant un autre supplément appelé N-tert-butyl-alpha-phényl-nitrone (PBN) à l’ALCAR, les chercheurs ont noté une amélioration de la fonction ainsi qu’une diminution de la formation de radicaux libres dans les mitochondries.

7. Avoir un apport en stérols végétaux

Les stérols végétaux sont des cholestérols végétaux (stérols et stéroline) qui, en des quantités infimes, maintiennent un bon équilibre des cellules T (responsables de l’immunité) et renforcent le système immunitaire. Ils se retrouvent dans l’huile de graines de tournesol et dans les graines de chia.

8. Consommer des nutriments qui soutiennent les articulations et les cheveux

Le méthylsulfonylméthane (MSM) est un composé organique contenant du soufre et se trouve dans une variété d’aliments, comme les fruits, les légumes et les céréales. Il est démontré que le MSM améliore la fonction articulaire et assure le bon fonctionnement du cartilage articulaire.

9. Manger des raisins

Les substances polyphénoliques contenues dans les aliments tels que les raisins auraient des effets anti-inflammatoires et antioxydants, qui assurent la santé du cerveau. La clé de la prévention des maladies neurodégénératives, telles que la maladie d’Alzheimer, est de contrôler l’inflammation.

Il est établi que le jus de raisin aide à réduire la démence et à améliorer la cognition chez les personnes âgées. Il contient un agent polyphénolique connu sous le nom d’anthocyanes. Des études ont certifié que les anthocyanes font partie des rares substances traversant le tissu cérébral pour agir sur les cellules du cerveau associées à la régulation de la cognition.

Les scientifiques ont également constaté que le resvératrol contenu dans le vin et les raisins aide à réduire le risque de déclin cognitif chez la souris. Le resvératrol a semblé augmenter le facteur d’insuline (IGF-I) qui est impliqué dans la production de nouveaux vaisseaux sanguins et des cellules nerveuses dans l’hippocampe (une partie du cerveau qui contrôle la formation de la mémoire à long terme).

Note : Vous pouvez consulter votre médecin pour connaitre les suppléments existants et qui sont bons pour vous.

Lire la suite de l'article