Quantcast

5 Choses que vous ne devriez pas dire à quelqu’un qui souffre de dépression

Les personnes qui souffrent de dépression voient généralement le verre à moitié vide et tout un chacun traverse une telle période à un moment ou à un autre à des degrés divers. Voici ce que la famille et les amis ne devraient pas dire à quelqu’un qui souffre de dépression.

1. « Je sais exactement ce par quoi vous passez ».
Sauf si vous souffrez de dépression vous-même, vous ne pouvez pas comprendre. En disant cela, vous fermez automatiquement tous les canaux que vous espériez établir pour ouvrir une conversation. Immédiatement, la personne souffrant de dépression pensera : « Vous n’en avez aucune idée » à moins qu’elle sache avec certitude que vous êtes passée par une telle épreuve.
Il est bon de faire preuve d’empathie, mais certaines expressions du genre « Je sais ce par quoi tu passes » ou « Je comprends où tu veux en venir » peuvent avoir l’air condescendant et méprisant.

2. « N’en faites pas un drame ! »
Voilà qui est exactement le contraire de l’empathie. La dépression ne fonctionne pas avec un interrupteur. Gardez à l’esprit que la dépression n’est pas un choix; c’est une maladie.



3. « Peut-être que vous devriez essayer d’apprendre de vos erreurs »
Beaucoup de gens pensent que signaler les lacunes aidera une personne. Bien au contraire, cela est une vision erronée.

4. « Vous êtes juste… »
Cela semble évident, mais les insultes peuvent se glisser sans que vous le remarquiez. Dire à quelqu’un qui souffre de dépression qu’il est « paresseux » est l’une des pires remarques à éviter.

5. « Puis-je vous interrompre une seconde… »
Adoptez une écoute active. Il y a des chances qu’ils pensent déjà que vous ne croyez pas ce qu’ils disent et parler simplement sans répondre franchement à ce qu’ils ont dit peut consolider cette croyance.

J’espère que cette liste vous fournit les moyens d’avoir une discussion enrichissante avec un proche qui souffre de dépression. Gardez à l’esprit qu’il est de votre devoir de ne pas en rajouter, mais ce qui leur bénéficierait plus c’est de les écouter activement, d’être attentif à leurs préoccupations et de trouver la meilleure manière de les encourager et les motiver.

Lire la suite de l'article