14 Raisons scientifiques de repenser votre consommation de viande rouge

Votre microbiome – la culture bactérienne hébergée dans votre intestin – joue un rôle majeur dans la protection de votre organisme. Il vous préserve des risques de maladies incurables, telles que l’obésité, le cancer et le diabète. Réduire, voire supprimer, la consommation de viandes rouges contribuerait à l’améliorer, donc à vous garantir une excellente santé. En voici quatorze raisons motivées, avec les preuves scientifiques.

1. La consommation de viande augmente vos niveaux d’œstrogène

La consommation excessive de viandes peut entraîner une surexposition aux œstrogènes ; de telle sorte que les femmes qui mangent plus de viandes rouges que de poissons et légumes présentent plus de risque de développer une endométriose (un trouble gynécologique). Globalement, la consommation de viandes est associée à un faible apport en fibres, ce qui est de nature à affecter le tractus digestif et à favoriser la croissance des mauvaises bactéries dans votre microbiome.

2. Les femmes qui mangent de la viande rouge montrent un plus grand risque de cancer du sein

Le risque est plus élevé chez les femmes ménopausées, avec un taux de 22% chez celles qui mangent de la viande rouge et/ou transformée. D’autres études mettent en cause les fritures de viandes.

3. La consommation élevée de viande rouge augmente le risque de cancer colorectal

Le facteur catalyseur est un microbiome altéré. Le déséquilibre de la flore intestinale peut induire, à long terme, le dépistage du cancer colorectal.

4. La cuisson de la viande rouge peut augmenter votre risque de cancer

La viande grillée est soupçonnée de libérer des amines hétérocycliques et des hydrocarbures aromatiques polycycliques, qui sont des agents cancérogènes chez les animaux.

5. Beaucoup de femmes perdent du poids quand elles passent au poisson

Les femmes avec la variante du gène PPARG – des protéines logées dans les noyaux cellulaires – perdent du poids, quand elles mangent plus de poissons (riches en gras oméga-3) par opposition à la viande rouge (riche en graisses saturées).

6. Les viandes contiennent certains perturbateurs endocriniens et des polluants organiques persistants (POP)

La plupart des viandes et certains produits laitiers exposent à de multiples perturbateurs endocriniens, dont les phtalates, HBCD, PBDE et Deca-BDE. Les polluants organiques persistants (POP) sont liés à l’abaissement des niveaux d’adiponectine, à l’obésité, au diabète, au cancer du sein et de la prostate, à cause du déséquilibre du microbiome.

7. Les personnes qui consomment beaucoup plus de poissons que de viandes présentent des risques faibles de cancer du sein et de la prostate

Les Japonaises, par exemple, affichent, à l’échelon mondial, les taux les plus bas de cancer du sein. Elles ont une habitude alimentaire riche en huile de poissons et faible en viandes rouges.

8. La viande rouge est associée à un risque accru de diabète

Plusieurs hypothèses scientifiques émettent que la viande transformée contient des conservateurs chimiques, tels que le sodium et les nitrates, qui sont susceptibles d’endommager les cellules du pancréas produisant l’insuline.

9. La viande rouge augmente la production d’acide urique et de créatinine

L’élimination de ces composants chimiques étant effectuée par les reins, une production excessive augmente le risque de goutte et de troubles rénaux.

10. Votre foie vous remerciera

La viande rouge augmente la production de hs-CRP (un marqueur de l’inflammation) et de GGT (un marqueur de dommages au foie).

11. Le moyen le plus rapide pour engraisser un animal est de le nourrir au grain

Par extension, le moyen le plus rapide pour un être humain de prendre du poids est de consommer de la viande d’animaux nourris au grain.

12. La viande peut être contaminée par des bactéries, sources de diverses maladies d’origine alimentaire

Il y a quelques années, a été recensée une infection des élevages de volailles à la grippe aviaire. Une souche du virus transmissible à l’homme avait été particulièrement identifiée.

13. La consommation élevée de viandes rouges accroît les émissions de gaz à effet de serre et les pénuries d’eau

Vous ne savez probablement pas que la production de 500 gr de viande rouge nécessite environ 10.000 litres d’eau, par rapport à 100 litres d’eau pour produire un kilo de laitue.

14. La viande d’animaux nourris à l’herbe n’est pas exempte de tout danger

Pour être juste, elle présente un bon rapport entre les oméga-6 et les oméga-3, mais aucune donnée ne précise qu’elle est meilleure pour vos niveaux d’œstrogène ou contre le risque de cancer et le gain de poids. Alors, en l’absence de données solides, il est préférable d’être prudent.